La Europabrücke : entre Nibelungen et ElsässStüb'

IMG_1246.JPG
Par Damien F.


Une grande route côté français, puis un large pont, la Europabrücke. C'est le nom (peu original) que les autorités ont trouvé pour la traversée du Rhin, pour le passage de la France à l'Allemagne, pour l'ancienne douane entre les pays moteurs de l'Union. A chaque traversée, en regardant les grands immeubles qui s'alignent comme des tubes de colle les uns à côté des autres, je me sens un peu perdu. Et ce n'est pas le nom du pont qui fait cet effet, ni la longue route sinueuse, mais le fait qu'en cinq minutes je suis dans un autre pays. Même mon téléphone prend plus de temps à capter le signal de l'autre pays que l'on est déjà avec les deux pieds à l'étranger. L'Europe, c'est ça, et j'ai la chance de la vivre au quotidien, grâce à ce pont européen au nom peu original.


Le Rhin lui-même n'a pas la consonance douce et romantique qu'on peut lui attribuer dans les très connues Nibelungen : il est en vérité plutôt sale, voire même dangereux pour ceux qui s'y aventurent les nuits d'août. Je suis en VIE à Kehl, dans une entreprise logistique qui s'occupe de l'import/export entre la France et l'Allemagne. Ma copine, Allemande, travaille avec moi, c'est très pratique et on rigole tous les jours des clichés franco-allemands. Très facile, elle vient elle-même du Baden-Württemberg, où les gens sont "les plus avares de l'Allemagne" : c'est prouvé et vécu au quotidien. Son père nettoie sa voiture les dimanches matins tandis que sa mère lui répète toujours qu'elle devra passer à un travail à mi-temps quand notre fille naitra dans quelques mois.


Mais en vérité, ces clichés représentent toute la complexité de la question franco-allemande, nous qui vivons ici à cheval sur la frontière : tourisme, petite France, romantisme d'un côté, de l'autre la rigueur, les lits frontaliers pour les personnes séduits par les prix allemands abordables, "possédant tous les avantages allemands de l'autre. En effet, un DM (droguerie allemande disposant de produits de tous types, ndlr), une zone commerciale avec un Burger King, un IKEA avec un espace de jeux pour enfants (par ailleurs des rois dans les familles allemandes) représentent beaucoup pour les Allemands à Kehl.


Je reste attaché à ma culture française, même si ce terme me dérange un peu. Parlant parfaitement 2 langues européennes, passant du français à l'allemand avec une facilité admirée de tous, les médias continuent à vouloir me mettre dans la case française, car je vote et paie mes impôts ici.


A l'inverse, je comprends bien la petite supérette qui vend la meilleure baguette française à 500 mètres de la Europabrücke. Elle souhaite rester alsacienne, et le dit ouvertement: das Elsäss' Stüb' / Bistrot alsacien. La dame, très gentille, n'aime pas vraiment les Allemands, qui ont fait "beaucoup de mal à son mari en 39 - 45", mais au fond elle les accepte tout de même, et garde toujours son sourire formidable.


L'Alsace est passée 5 fois d'un pays à l'autre, on ne peut pas en vouloir aux habitants de vouloir se créer une identité propre. Mais le principal est de ne pas perdre de vue que le pont relie non seulement deux villes opposées, mais deux pays, qui sont au centre d'un bel ensemble.

Featured Review
Tag Cloud